Le sardine run : une migration inouïe

J'ai eu la chance de pouvoir plonger en Afrique du Sud, et c'est à cette occasion que j'ai découvert - même si je ne l'ai pas vécu en direct car ce n'était pas la bonne période - un événement aquatique qui se répète chaque année à la même période depuis la nuit des temps : le "sardine run" (la course des sardines). J'avais envie de vous faire découvrir ce feuilleton dans lequel les protagonistes n'en finissent pas de jouer le même scénario, mais quel scénario !
Afrique du Sud, le Cap : chaque année, à partir de juin, les sardines migrent vers le nord jusqu'à former des bancs gigantesques, pouvant atteindre 30 kilomètres de longueur, 400 mètres de large et sur 50 mètres de profondeur. Pendant leur périple, on assiste à un spectacle inouï d'une masse sombre qui, telle un fantôme sous-marin, longe les côtes, portée par les courants froids.
Ces millions de sardines nourrissent 350 000 fous du Cap, plus de 25 000 dauphins, plusieurs dizaines de milliers de requins cuivres, des centaines de milliers d’autres poissons prédateurs et des milliers de petits pêcheurs. Puis, quand les courants froids se heurtent à des courants chauds, le fantôme - ou ce qu'il en reste - fait demi-tour et repart vers le sud. Les survivantes retrouvent le Cap en novembre. Pourquoi une telle migration ? Pour rien de spécifique autant que l'on puisse le savoir à ce jour - ni pour se nourrir, ni pour se reproduire -, c'est l'un des mystères de dame nature.

Jacques Perrin a eu l'occasion de filmer ce moment unique (il parcourt depuis deux ans toutes les mers du globe pour réaliser une fresque-fleuve,
Océans, qui sortira en 2008 après quatre années de tournage). Dans une interview parue dans l'Express du 20 décembre 2006, il témoigne  : "Comme un vol de passereaux, ces myriades de poissons réagissent à la même seconde, mus par une pensée collective. Pareils à une légion romaine. Mais ce ballet constitue une proie facile, une aubaine pour des milliers de prédateurs - dauphins, requins, baleines à bosse, fous du Cap, etc. - qui les suivent et se servent, comme au restaurant. Malgré ces énormes prélèvements, des sardines passent. Ainsi, chaque espèce a déployé, depuis des millions d'années, des stratégies complexes pour affronter l'épreuve de la vie. Et on laisserait disparaître tout ça sans même avoir eu le temps de l'observer?"
J'ai eu l'occasion déjà de voir de très beaux reportages sur cette migration, et j'imagine les plongeurs avec leurs caméras au milieu de ce gigantesque "festin"...

Retrouvez l'intégralité du dossier de l'Express spécial "Urgence écologique"
Pour en savoir plus sur le sardine run, une très belle page (en anglais) qui décrit précisément le phénomène et donne notamment la liste détaillée des invités du festin.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Passion plongée sous-marine © 2015 -  Hébergé par Overblog