J'ai craqué pour Casino Royal... et Daniel Craig

Près de 3 semaines après sa sortie en salles, j'ai succombé aux charmes du dernier James Bond, et plus particulièrement à ceux de Daniel Craig : avec ses yeux bleus océan, il interprète un 007 tête brûlée, presque voyou... Si, dans de nombreuses scènes, il se bat avec ses muscles et ses armes, il peut également le faire avec ses neurones, dans la fameuse partie de poker, pivot principal du film (photo ci-contre, © Gaumont Columbia Tristar Films). Cela m'a même donné envie d'en savoir plus sur les règles de ce jeu où le bluff compte pour beaucoup.
Bon, vous me direz, quel est le rapport entre Casino Royal et la plongée sous-marine ? A priori aucun, même si on peut relier les deux sujets par au moins deux points : de nombreuses scènes (hélas, pas sous-marines) du dernier James Bond ont été tournées aux Bahamas, tout comme Opération Tonnerre (1965), L'Espion qui m'aimait (1977), Moonraker (1979), Rien que pour vos yeux (1981), Jamais plus Jamais (1983) et Le Monde ne suffit pas (1999). Par ailleurs, des scènes sous-marines ont été tournées à Venise, dans le cadre de l'engloutissement d'un palais vénitien dans la lagune.
Mais bon, je ne veux quand même pas vous faire croire que toute ma vie tourne autour de la plongée sous-marine, et puis, j'ai passé un si bon moment que j'ai eu envie de vous le faire partager !
Tout d'abord, le générique, qui annonce la couleur (ou plutôt les couleurs, avec des scènes animées avec des cartes à jouer) avec une musique de Chris Cornell que j'ai adorée : vous pouvez la découvrir sur YouTube. Puis le prologue, en noir et blanc, qui raconte comment James Bond est devenu "double zéro" (avec le permis de tuer).
Les paysages dans lesquels le film a été tourné sont magnifiques, je pense notamment au Monténégro et au lac de Côme en Italie (sans parler des Bahamas !).
Certes, j'ai bien failli m'étrangler quand j'ai découvert James au volant d'une Ford Mondeo (la marque a, il paraît, fait un gros chèque à la production pour cela), mais j'ai pu respirer quelques scènes plus loin quand Daniel Craig cagne au Poker la voiture qui lui sera à jamais associée : l'Aston Martin DB5. Au Monténégro, il récupère le modèle qui sera commercialisé en série en 2007, la DBS
(photo ci-contre, © Gaumont Columbia Tristar Films), qui va finir dans un triste état dans le film...
Quand aux James Bond girls, elles sont tout sauf des potiches, Eva Green campe un personnage complexe qui expliquera les rapports que OO7 entretiendra par la suite avec les femmes. Et qu'est-ce qu'elle ressemble à sa mère ! (Marlène Jobert, pour ceux qui ne sont pas au courant, je pense notamment à mon cousin).
Bref, foncez pour 2h28 d'aventures, de spectacle, de bon cinéma (même le petit bonhomme de Télérama arbore un grand sourire, c'est dire !!!)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Passion plongée sous-marine © 2015 -  Hébergé par Overblog