La croisière nord, un classique indémodable

Décidément, la mer Rouge reste vraiment un must en matière de plongée sous-marine. C’est la conclusion de ma semaine de croisière nord (plus exactement la croisière Longitude 34 - circuit ci-contre) avec Diving Attitude, au cours de laquelle j’ai réalisé 16 plongées, toutes plus belles les unes que les autres. A seulement 4h30 de vol depuis Paris, on plonge dans une eau à 25° minimum (novembre, c’est plutôt la fin de la saison, j’avoue ne pas avoir souffert de la chaleur), le beau temps est garanti (attention seulement au vent, omniprésent, et à la houle, qui peut causer certains désagréments pour ceux qui sont sensibles au mal de mer) et les fonds sont toujours aussi colorés et variés (voir l'album photos de la croisière). J’ai même revu des napoléons, invisibles lors de mon dernier séjour à Safaga, il y a 5 ans.
Une chose est sûre : pour moi, la mer Rouge c’est uniquement en croisière. C’est la seule façon d’accéder à certains sites de plongée, et d’autre part de gagner un temps considérable en évitant les transferts et les heures de navigation pour aller du port vers les sites. Cela permet notamment d’effectuer jusqu’à 3 plongées par jour : une première plongée rapidement après le réveil et un petit en-cas, puis une seconde après un méga petit déjeuner (avec des omelettes, crêpes, toasts…) et une bonne sieste sur le pont. Enfin, la troisième plongée l’après-midi ou carrément de nuit.
D’ailleurs, je ne suis pas prête d’oublier la plongée de nuit organisée sur une épave de la petite Goubal : après une trentaine de minutes absolument magiques (des bancs de poissons argentés sous la lumière de nos phares, une énorme murène, des rascasses, des crabes…), j’ai justement voulu prendre en photo un crabe, et j’étais en train de me stabiliser sur le fond… lorsque mon genoux a rencontré un oursin diadème ! Je ne le souhaite à personne, la douleur est plutôt intense, et nous avons dû interrompre la plongée immédiatement. Sur le bateau, j’avais une cinquantaine de piquants qui avaient transpercé ma combi de 5 mm, et qui s’étaient fichés dans la peau. Il a fallu les retirer un par un, puis j’ai testé le remède de grand-mère local : de l’huile d’olive bien chaude à passer sur la blessure. Et bien, vous le croirez ou non, mais le lendemain matin, il ne restait quasiment plus rien !!! Morale de cette histoire : quand vous plongez de nuit, soyez encore plus attentifs de là où vous mettez les palmes…

Le bateau et l’organisation des plongées
Affrété par Diving Attitude, le Mazen est un bateau confortable qui peut accueillir jusqu’à 20 plongeurs. Chaque cabine dispose d’un cabinet de toilette et de WC, et l’espace dédié au matériel de plongée est important, permettant à tous les plongeurs de s’équiper facilement sans se marcher sur les palmes. Seul regret : aucun espace spécifique dédié aux photographes, notamment pour stocker le matériel entre deux plongées. Par contre, un ordinateur était présent à bord, leur permettant de décharger et de visionner leurs photos.
L’équipage – qui travaille avec Diving Attitude depuis plusieurs années – est aux petits soins, et nous avons très bien mangé tout au long de la semaine (nous avons même eu droit à deux gigantesques dindes de Noël le dernier soir en mer !!!). Le capitaine connaît les récifs comme sa poche, tout comme le guide, Stéphane, qui est d’une gentillesse et d’un professionnalisme hors pair : j’ai rarement vu un guide autant enthousiaste après des milliers de plongée, et chaque briefing est attendu avec impatience (il dessine les sites avec une précision impressionnante - photo ci-contre). Sous l’eau, il détecte tout – poissons-crocodiles, poissons-pierre, nudibranches… – sans jamais sacrifier à la sécurité. Bref, c’est vraiment de la plongée plaisir.

Les sites de plongée

En une semaine, nous n’avons plongé que sur des grands classiques de la mer Rouge.
Shaab El Erg : un très beau jardin de corail, idéal pour une plongée de réadaptation.
L’épave du Rosalie Möller : réservée à des plongeurs confirmés (elle repose sur 50 mètres de fond), elle est magnifique (le bateau est posé sur le fond, donnant l’impression qu’il peut repartir d’un moment à l’autre). Dommage que nous n’ayons fait qu’une seule plongée dessus, cette épave aurait mérité au moins deux, voire trois plongées.
Le Thistlegorm : nous avons plongé deux fois sur cette épave connue mondialement pour la cargaison encore visible dans ses cales : motos, camions… De plus, la vie est intense autour de l’épave, avec des napoléons, des bancs de platax et de fusilliers…
Le Dunraven : une autre épave très sympa qui gît à l’envers sur le fond.
Réserve de Ras Mohammed : deux très belles plongées sur les sites de Shark Reef et Yolanda Reef . La réputation de cette réserve, à la pointe du Sinaï, n’est plus à faire. Le tombant (dont on ne voit pas le fond), est à couper le souffle, avec des gorgones et tables acropora gigantesques, et des anémones immenses habitées par des dizaines de poissons-clown.
L’ép
ave du Giannis D. : celle que j’ai le plus appréciée sur cette semaine. Lorsqu’on pénètre dans l’épave, tous les repères sont bousculés car elle est couchée à 45° (photo ci-contre) : on peut se balader à l’intérieur facilement, et l’on traverse des bancs de poissons-hachette qui s’y abritent. A la proue, le mat est magnifique, décoré d’alcyonaires.
En descendant sur Safaga : les sites d’Abu Kefan, de Middle Reef (avec plusieurs tortues dans la même plongée) et de Panorama Reef sont particulièrement riches, offrant les paysages sous-marins typique de la mer Rouge (glassfishs, anthias, poissons-clown, raies pastenague à points bleus…).

A refaire !
L’objectif désormais c’est de retourner en mer Rouge, mais en passant plus de temps notamment sur les épaves d’une part, et d’autre part de consacrer une croisière spécifique aux sites de Ras Mohammed et du détroit de Tiran : pendant les mois de juillet et août, les milliers de poissons s’y retrouvent pour frayer, il paraît que le spectacle est grandiose (dixit Stéphane et Serge !)
A noter que Serge, le responsable de Diving Attitude, prépare la mise à l’eau de son propre bateau, l’Exocet, qui sera opérationnel à partir de la saison prochaine. Sur son site, vous pouvez découvrir les plans et les étapes de la construction en photos.


Budget : 1130 € la semaine tout compris (+ 20 € de taxes gouvernementales, 20 € pour les boissons non alcoolisées et le pourboire de l'équipage), avec le vol charter (sur la compagnie Air Méditerranée, aucun problème à signaler, le vol retour a même atterri avec un peu d'avance !).
A signaler : nous avons payé un supplément pour le surpoids des bagages (entre plongée et photographier, difficile de choisir...)

Pilisi 21/11/2008 13:16

très belle photos et un blog très sympa j'y reviendrais mettre un coup de palmes !!!

Sandrine 22/11/2008 09:50


merci beaucoup pour votre commentaire. Pour être prévenu des nouveautés, il suffit de vous inscrire à la newsletter.


Passion plongée sous-marine © 2015 -  Hébergé par Overblog