Raoul Dufy, virtuose de la couleur et de la matière

La rétrospective Raoul Dufy organisée par le musée d’Art moderne de Paris porte bien son nom : « Le plaisir » ! J’en suis sortie heureuse, émerveillée, subjuguée par la beauté et la richesse des œuvres présentées.

A quelques jours de mon départ pour une croisière en mer Rouge avec mon amoureux, j’ai plongé avec délices dans ces tableaux où notamment la fascination du peintre pour le bleu – qu’il utilise pour représenter tantôt l’océan (« la plage de Sainte-Adresse »), tantôt les murs de son atelier parisien (« l’atelier de l’impasse Guelma »). Ce qu’il en dit m’a particulièrement touchée : « Le bleu est la seule couleur qui, à tous ses degrés, conserve sa propre individualité. Prenez le bleu à ses diverses nuances, de la plus foncée à la plus claire, ce sera toujours du bleu, alors que le jaune noircit dans les ombres et s’éteint dans les clairs, que le rouge foncé devient brun et que, dilué dans le blanc, ce n’est plus du rouge, mais une autre couleur : le rose. »

L’exposition montre de façon très claire l’évolution du peintre et de sa peinture, depuis sa période « fauve » à son travail pour les arts décoratifs, jusqu’à son chef d’œuvre « La fée électricité » (exposé de façon permanente au musée d’Art moderne).

Je connaissais déjà Dufy, mais cette exposition m’a sensibilisé à son style et à sa technique : avec de l’encre de chine et des aplats de couleur (de l’aquarelle) qui sortent des lignes, il crée des formes, des personnages qui prennent vie (tels ces champs de course ou la place Saint-Marc à Venise).

Vous avez jusqu’au 11 janvier 2009 pour découvrir cette très belle exposition.

Je ne vous conseille pas le site du musée d’art moderne, vraiment pauvre, mais plutôt celui de la réunion des musées nationaux (cliquez sur Recherche, et entrez le nom Raoul Dufy).


Passion plongée sous-marine © 2015 -  Hébergé par Overblog